Publié le : 29 mai 20193 mins de lecture

Dispositif électronique mis sur le marché depuis 2003, la cigarette électronique a actuellement le vent en poupe. L’agence sanitaire de Santé publique de France a affirmé, au 2e trimestre 2019, que ce dispositif est de plus en plus utilisé pour le sevrage tabagique. Parmi les résultats notés, le taux enregistré de fumeurs adultes est passé de 26,9% à 25,4% de 2017 et 2018 et cela, grâce à l’usage de la cigarette électronique. Pourquoi ce dispositif n’est-il pas convenable aux non-fumeurs ?

Qu’est-ce qu’une cigarette électronique

La cigarette électronique, également appelée vapoteuse ou e-cig, est un dispositif électronique pour mimer l’action de fumer de la cigarette. Il n’est pas question ici de brûler du tabac. Le dispositif permet notamment de chauffer du liquide à vapoter dans l’atomiseur pour la génération d’aérosol. C’est cet aérosol que l’individu va inhaler, mimant ainsi un fumeur de cigarette classique. Le vapotage est considérée comme une excellente alternative au tabagisme.

Les questions relatives à la toxicité du vapoteur

Le liquide à vapoter ou e-liquide contient des éléments chimiques dont du propylène glycol favorisant la pulvérisation et la production de vapeur. Il intègre du glycérol, de la glycérine, des arômes, de l’éthanol, de la nicotine à faible dose. Selon les études récentes, ces substances, à l’état de traces, ne sont pas nocives. Seulement, l’individu qui s’adonne au vapotage ou qui s’expose à la fumée dégagée par la cigarette électronique s’expose à des éléments nocifs comme les nitrosamines qui sont des agents cancérigènes, du gaz toxique acroléine produit par la glycérine suite au chauffage par l’atomiseur. Il y a encore la nicotine, facteur premier de la dépendance au tabac, dont la toxicité n’est plus à démontrer.

Les risques liées à la dépendance à la nicotine

Des non-fumeurs ont tendance à se laisser séduire par la vapoteuse. Selon les chiffres de 2018 du Baromètre santé de l’agence sanitaire de Santé publique de France, environ 6% des personnes n’ayant jamais fumé s’essaient à la cigarette électronique. Outre la mise en péril de l’état de santé suite au fait de s’exposer, même à faible dose, à des substances nocives, il y a également les risques relatifs à la dépendance. A noter que la cigarette électronique contient de la nicotine, de l’ordre de 20mg/ml. Pour une personne qui ne fume pas, la nicotine peut nourrir cette envie de vapoter constamment. Pire encore, l’individu peut être tenté de fumer des tiges de cigarette.